Homélie du vendredi 19 juin 2020_Solennité du Sacré-Cœur de Jésus, Année liturgique A

ACTUALITÉS LITURGIE
image_pdfimage_print

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE (Dt 7, 6-11)

Moïse disait au peuple : « Tu es un peuple consacré au Seigneur ton Dieu : c’est toi qu’il a choisi pour être son peuple, son domaine particulier parmi tous les peuples de la terre. Si le Seigneur s’est attaché à vous, s’il vous a choisis, ce n’est pas que vous soyez le plus nombreux de tous les peuples, car vous êtes le plus petit de tous. C’est par amour pour vous, et pour tenir le serment fait à vos pères, que le Seigneur vous a fait sortir par la force de sa main, et vous a rachetés de la maison d’esclavage et de la main de Pharaon, roi d’Égypte. Tu sauras donc que c’est le Seigneur ton Dieu qui est Dieu, le Dieu vrai qui garde son Alliance et sa fidélité pour mille générations à ceux qui l’aiment et gardent ses commandements. Mais il riposte à ses adversaires en les faisant périr, et sa riposte est immédiate. Tu garderas donc le commandement, les décrets et les ordonnances que je te prescris aujourd’hui de mettre en pratique. »

– Parole du Seigneur.

PSAUME (Ps 102 (103), 1-2, 3-4, 6-7, 8.10)

R/ L’amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent,
est de toujours à toujours.

Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères : R/

Béni soit le nom très saint de ta gloire : R/

Béni sois-tu dans ton saint temple de gloire : R/

Béni sois-tu sur le trône de ton règne : R/

Béni sois-tu, toi qui sondes les abîmes : R/

Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim : R/

Béni sois-tu au firmament, dans le ciel, R/

DEUXIÈME LECTURE (1 Jn 4, 7-16)

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Voici en quoi consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils en sacrifice de pardon pour nos péchés. Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et, en nous, son amour atteint la perfection. Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous : il nous a donné part à son Esprit. Quant à nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde. Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. Et nous, nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour : qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.

– Parole du Seigneur.

ACCLAMATION

Alléluia. Alléluia.
Prenez sur vous mon joug,
devenez mes disciples,
car je suis doux et humble de cœur.
Alléluia.

ÉVANGILE (Mt 11, 25-30)

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

– Acclamons la Parole de Dieu. 

 

HOMÉLIE DU JOUR

Le cœur humain est désigné comme le centre d’une personne. Il est également considéré comme le lieu de toutes les émotions et sentiments. Il se réfère à toute la personnalité humaine, le noyau le plus profond de notre être. Dans l’art chrétien, un cœur blessé, entouré d’épines et surmonté d’une croix, représente le Sacré-Cœur de Jésus. Un cœur entouré d’une couronne de roses et transpercé par une épée est le Cœur de Marie. Parfois, sept épées sont montrées, emblématiques des Sept Douleurs de la Mère de Dieu. Un cœur est aussi le symbole d’une des vertus théologales, la charité. Un cœur enflammé est associé à saint Augustin d’Hippone, en allusion à un passage de ses Confessions (du Nouveau Dictionnaire catholique).

Aujourd’hui est la solennité du Sacré-Cœur de Jésus. La plupart des catholiques ont l’image du Sacré-Cœur de Jésus sur un mur de leur maison. Et il y a beaucoup d’églises, d’écoles et d’hôpitaux qui portent le nom du Sacré-Cœur de Jésus.

La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus est devenue si populaire dans le monde catholique depuis le 17e siècle. Ici dans le diocèse de San Pedro en Côte d’Ivoire, cette dévotion est présente dans presque toutes les paroisses. Par cette dévotion, Dieu est plus proche de son peuple.

Linguistiquement parlant, le mot « Sacré » est synonyme de « Divin » ; et le mot « Cœur » est synonyme de « Amour ». En tant que tel, quand il est fait référence au Sacré-Cœur, il est entendu qu’il s’agit d’une référence à l’amour de Dieu qui fait écho à la nature sacrée du Seigneur : « Dieu est amour » (1 Jn 4; 8). Le Sacré-Cœur de Jésus révèle l’amour immérité de Dieu qui se manifeste à travers le sacrifice expiatoire de Jésus pour nos péchés (1 Jn 4; 10); par lequel Jésus nous parle de son amour sans limites en montrant simplement son cœur.

L’amour divin est-il la même chose que l’amour humain ? Est-ce la même chose que le type d’amour qu’un enfant a envers ses parents, ses camarades de jeu ou tous ceux de son environnement ? Est-ce la même chose que l’amour spirituel que nous avons pour nos frères et sœurs en Christ ? Ou bien, est-il différent ? L’amour divin est l’amour qui coule de Dieu vers nous, à travers notre croissance spirituelle par la puissance sanctifiante du Saint-Esprit. C’est un amour sacrificiel qui se donne sans limites ni hésitation.

La Sainte Eglise catholique a toujours eu une dévotion à l’amour de Dieu. Cette preuve se trouve dans les écrits bibliques de saint Jean et de saint Paul. « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périssent point mais ait la vie éternelle » (Jn 3,16). Mais cela en soi n’est pas une dévotion au Sacré-Cœur de Jésus parce qu’il ne rend pas hommage au Cœur de Jésus comme symbole de son amour pour nous.

« On peut dire que ce jour est la fête de l’amour de Dieu en Jésus-Christ, de l’amour de Dieu » pour l’homme, déclare le pape François durant la messe à la Maison Sainte-Marthe le vendredi, 27 juin 2014, fête du Sacré-Cœur de Jésus.

Par cette fête, Dieu « donne la grâce et la joie de célébrer dans le cœur de son Fils les grandes œuvres de son amour ». Le pape a détaillé quelques traits de cet amour « mystérieux ».

L’amour de Dieu pour l’homme, est « une relation de papa-enfant ». Dieu « caresse » l’homme et lui dit : « Ne crains pas, je suis avec toi, je te prends par la main… », en formulant des paroles de tendresse, telles « une berceuse ».

Mais pour comprendre cet amour de Dieu, l’homme a besoin de « la petitesse de cœur ». Moïse explique qu’Israël a été élu parce qu’il « était le plus petit de tous les peuples ». Et dans l’Évangile, Jésus loue le Père « parce qu’il a caché les choses divines aux sages et les a révélées aux petits ».

D’ailleurs, quand Jésus parle de lui-même, il dit : « Je suis doux et humble de cœur » (Mt 11,25-30) : « Lui aussi, le Fils de Dieu, s’abaisse pour recevoir l’amour du Père. ». Si l’homme « se sent fort », il ne fera jamais l’expérience profonde du Seigneur.

Le pape a donné un autre signe particulier de l’amour de Dieu : Il aime le « premier ». Il est toujours « avant [l’homme] », « il attend » : Quand nous arrivons, il est là. Quand nous le cherchons, il nous a cherchés le premier. Il est toujours avant nous, il nous attend pour nous recevoir dans son cœur, dans son amour.

Enfin, « l’amour est davantage dans l’acte de donner que dans celui de recevoir » : il se communique, toujours… et il est reçu par la personne aimée. L’amour est aussi plus visible dans les œuvres que dans les paroles. Qu’à travers cette solennité, Dieu nous fasse expérimenter davantage son Amour.

Par Augustin KAMOUKY, SMA
Vicaire à la paroisse Saint Louis de Tabou

Laisser un commentaire