Homélie du dimanche 31 mai 2020_Pentecôte, Année liturgique A

ACTUALITÉS LITURGIE
image_pdfimage_print

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE (Ac 2, 1-11)

Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient. Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. »

– Parole du Seigneur.

PSAUME (Ps  103 (104), 1ab.24ac, 29bc-30, 31.34)

R/ Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre !
ou : Alléluia !

Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur !
la terre s’emplit de tes biens.

Tu reprends leur souffle, ils expirent
et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont créés ;
tu renouvelles la face de la terre.

Gloire au Seigneur à tout jamais !
Que Dieu se réjouisse en ses œuvres !
Que mon poème lui soit agréable ;
moi, je me réjouis dans le Seigneur.

DEUXIÈME LECTURE (1 Co 12, 3b-7.12-13)

Frères, personne n’est capable de dire : « Jésus est Seigneur » sinon dans l’Esprit Saint. Les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit. Les services sont variés, mais c’est le même Seigneur. Les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous. À chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien. Prenons une comparaison : le corps ne fait qu’un, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ. C’est dans un unique Esprit, en effet, que nous tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés pour former un seul corps. Tous, nous avons été désaltérés par un unique Esprit.

– Parole du Seigneur.

SÉQUENCE 

Viens, Esprit Saint, en nos cœurs
et envoie du haut de ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres,
viens, dispensateur des dons,
viens, lumière de nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos ;
dans la fièvre, la fraîcheur ;
dans les pleurs, le réconfort.

Ô lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu’à l’intime
le cœur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n’est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui est faussé.

À tous ceux qui ont la foi
et qui en toi se confient
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu,
donne le salut final,
donne la joie éternelle. Amen.

ACCLAMATION

Alléluia. Alléluia.
Viens, Esprit Saint !
Emplis le cœur de tes fidèles !
Allume en eux le feu de ton amour !
Alléluia.

ÉVANGILE (Jn 20, 19-23)

C’était après la mort de Jésus ; le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

– Acclamons la Parole de Dieu. 

 

HOMÉLIE DU JOUR

Frères et sœurs en Christ ressuscité
Béni sois Dieu qui répand son Esprit d’amour dans nos cœurs !

Cinquante jours après Pâques, nous célébrons en ce jour béni du 31 Mai 2020 le mystère de la Pentecôte. En effet, la Pentecôte selon la tradition juive c’est le jour de la moisson. Mais après la résurrection de Jésus-Christ, ce jour est conféré à la descente de l’Esprit-Saint sur les Apôtres. C’est pourquoi la Parole de Dieu soumise à notre méditation en cette fête de la Pentecôte, présente dans l’ensemble des textes bibliques, l’Esprit-Saint à la fois comme force d’expansion communautaire, comme principe d’intériorisation et principe de l’unité et l’Église dans la diversité de ses ministères (Cf. 1 Cor. 12, 3-13)

Bien plus, aujourd’hui comme hier, l’Esprit-Saint est vraiment à l’œuvre et agit en faveur de la conversion, de la sanctification et de la libération des croyants et de l’humanité tout entière. Car, malgré la crise socio-sanitaire due à la maladie à Coronavirus, les chrétiens sont restés sereins et toujours connectés à Jésus-Christ mort et ressuscité grâce à l’Esprit-Saint.

Avec l’expérience du confinement qui est en train de céder la place au déconfinement progressif, une nouvelle ferveur spirituelle, communautaire et missionnaire doit habiter tous les chrétiens dans le monde entier singulièrement tous les chrétiens africains. Au fond, l’onction de l’Esprit Saint conférée aux apôtres doit aussi aider tout baptisé chrétien à épouser la nouvelle ferveur spirituelle car d’une part, à l’instar des apôtres, par le baptême et la confirmation, tous furent remplis de l’Esprit-Saint et se mirent à parler en d’autres langues (Cf. Ac 2, 4)

Il s’agit là de l’éveil spirituel, c’est-à-dire avoir plus de ferveur à fortifier notre foi et notre espérance. Avoir plus de force et de courage à demeurer attacher fidèlement au Christ ressuscité, lumière et sauveur du monde.

Il est important de redoubler d’ardeur à la prière personnelle et collective afin de combattre et d’éviter toute paresse et tiédeur spirituelle. Parce que l’Esprit-Saint renouvelle notre être de chrétien. Il convient de laisser l’Esprit-Saint envahir et dominer notre existence, notre pensée, notre société, notre humanité, notre politique, notre mentalité, notre culture, notre savoir, notre avoir et notre pouvoir en vue de devenir une créature nouvelle dans l’Esprit-Saint. Cela,  à l’instar des Apôtres qui reçoivent l’Esprit-Saint (cf. Jn 20, 22) qui procure la paix : force de la libération et de fécondité spirituelle qui va favoriser la communion fraternelle qui enrichit l’Église qui devient une famille de Dieu par « Tous nous avons été baptisés dans l’unique Esprit pour former un seul corps » (Cf. 1 Co 12, 31-7 ; 12-13)

Cela nécessite donc une ferveur communautaire

L’autre part de motivation c’est la ferveur communautaire. En effet, les  dons sont variés mais c’est le même Esprit. C’est le même Dieu qui agit en nous et en tous afin d’une productivité au service de l’Église.

Il s’agit de rendre efficace l’unité et la fraternité  de tous les membres de l’Église à promouvoir la concorde mutuelle, la pastorale d’ensemble, et chacun selon le don qu’il a reçu, doit préserver l’unité dans la diversité des ministères de l’Église. L’on doit respecter le talent ou les talents de l’autre et prôner dans toute action pastorale, la complémentarité dans nos différents services en tout lieu particulièrement dans l’Église, dans les mouvements, groupes de prières, associations etc … car la ferveur communautaire est une arme puissante qui suscite la paix et qui enrichit à la fois l’Église et sa mission

Voilà pourquoi le peuple de Dieu en Afrique doit se laisser modeler, transformer et guider par l’Esprit-Saint. Parce que Dieu a pour chacun la claire vision de ce qu’il doit faire et la force de l’accomplir dans l’union et le soutien mutuel. Unir dans un laboratoire d’ensemble pour exploiter notre propre richesse, dans le partage, la solidarité dans la justice et la paix. Par la puissance de l’Esprit-Saint, le peuple de Dieu en Afrique doit sortir de l’obscurité, de la dépendance à tous les niveaux, de l’enfantillage, de la mendicité chronique, de la soumission aveugle, de la peur, de la pauvreté mentale surtout sortir  de la misère sociale, politique, économique, pour la restauration de notre dignité par le partage de notre compétence, prôner la bonne gouvernance.

Unis pour le combat de la victoire et de la libération et de la paix. D’où une ferveur missionnaire nécessite une attention particulière.

A l’instar des apôtres, nous, chrétiens d’aujourd’hui, confinés ou déconfinés, sommes invités à répondre aux consignes de Jésus Ressuscité : « De même que le père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie : recevez le Saint- Esprit« .

Avec ces consignes soutenues par la force de l’Esprit-Saint une mission évangélisatrice et libératrice s’impose à nous tous baptisés, confinés, Pape, Évêques, Prêtres, Diacres, religieux et religieuses, catéchistes, responsables de mouvements, groupe de prière, fraternité, communautés nouvelles.

Débouts, témoignons ensemble de Jésus mort et ressuscité. Prêts pour le combat de la conversion, de la sanctification, de la paix, de la libération et de la rédemption et l’humanité soumise à l’Esprit maléfique.

Que Dieu, par la puissance de l’Esprit-Saint et par l’intermédiaire de la Vierge Marie, nous prenne en grâce, nous bénisse et nous protège. Amen.

Par Père Siméon ALLOU Kouamé
Missionnaire Clarétain, Curé de la paroisse Notre Dame du Rosaire de Soubré 

Laisser un commentaire