Textes du vendredi 25 décembre 2020_Nativité du Seigneur, Année liturgique B (Messe du jour)

ACTUALITÉS LITURGIE
image_pdfimage_print

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE (Is 52, 7-10)

Comme ils sont beaux sur les montagnes, les pas du messager, celui qui annonce la paix, qui porte la bonne nouvelle, qui annonce le salut, et vient dire à Sion : « Il règne, ton Dieu ! » Écoutez la voix des guetteurs : ils élèvent la voix, tous ensemble ils crient de joie car, de leurs propres yeux, ils voient le Seigneur qui revient à Sion. Éclatez en cris de joie, vous, ruines de Jérusalem, car le Seigneur console son peuple, il rachète Jérusalem ! Le Seigneur a montré la sainteté de son bras aux yeux de toutes les nations. Tous les lointains de la terre ont vu le salut de notre Dieu.

– Parole du Seigneur.

PSAUME (97 (98), 1, 2-3ab, 3cd-4, 5-6)

R/ La terre tout entière a vu
le salut que Dieu nous donne.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s’est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s’est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d’Israël.

La terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.
Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez !

Jouez pour le Seigneur sur la cithare,
sur la cithare et tous les instruments ;
au son de la trompette et du cor,
acclamez votre roi, le Seigneur !

DEUXIÈME LECTURE (He 1, 1-6)

À bien des reprises et de bien des manières, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; mais à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils qu’il a établi héritier de toutes choses et par qui il a créé les mondes. Rayonnement de la gloire de Dieu, expression parfaite de son être, le Fils, qui porte l’univers par sa parole puissante, après avoir accompli la purification des péchés, s’est assis à la droite de la Majesté divine dans les hauteurs des cieux ; et il est devenu bien supérieur aux anges, dans la mesure même où il a reçu en héritage un nom si différent du leur. En effet, Dieu déclara-t-il jamais à un ange : Tu es mon Fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré ? Ou bien encore : Moi, je serai pour lui un père, et lui sera pour moi un fils ? À l’inverse, au moment d’introduire le Premier-né dans le monde à venir, il dit : Que se prosternent devant lui tous les anges de Dieu.

– Parole du Seigneur.

ACCLAMATION

Alléluia. Alléluia.
ujourd’hui la lumière a brillé sur la terre.
Peuples de l’univers, entrez dans la clarté de Dieu ;
venez tous adorer le Seigneur.
Alléluia.

ÉVANGILE (Jn 1, 1-18)

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous, nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

HOMÉLIE DU JOUR

Nuit de Noel 24 Décembre 2O20 : Messe de la nuit

Frères et sœurs en Christ, depuis 4 semaines chacun de nous s’est préparé pour cette nuit bénie. Chacun de nous s’est préparé pour recevoir le Messie fils de Dieu, fils de Marie et de Joseph, dans sa famille, dans sa vie. Merci beaucoup, que le Dieu de la paix lui-même vous bénisse maintenant et pour les siècles des siècles.

Frères et sœurs en Christ, Dieu est grand, il est tout puissant, mais il s’est fait petit, il s’est fait une personne comme vous et moi, il y a 2mille ans à Bethleem. Sa venue a été annoncée par les prophètes. Nous pouvons dire ce soir avec  le prophète Isaïe que : Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière, un enfant nous est né, un fils nous a été donné et on proclame son nom :  » Merveilleux-Conseiller, Dieu-Fort, Père-à-Jamais, Prince-de-la-Paix. Pour cela le peuple se réjouit, exulte et danse ; car le joug qui pesait sur chacun est brisé. Le psalmiste ne peut que chanter ; Aujourd’hui un Sauveur nous est né : c’est le Christ, le Seigneur.

Désormais nous dit saint Paul la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Le Messie vient pour le salut de tout le monde. Personne n’est exclu. Le messie est né pour enfin nous racheter de toutes nos fautes, nous purifier et faire de nous son peuple. Nous faisons désormais partir du peuple de Dieu au nom de Jésus.

Frères et sœurs, ce que je vous annonce, c’est passé en Israël il y a 2000 ans quand Quirinus était gouverneur de Syrie. Et  c’est au cour d’un recensement que Joseph son père adoptif et Marie sa mère mirent  au monde leur fils premier-né ; l’évangile dit qu’elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Là où il n’y a pas Dieu il n’y a pas de place pour tout le monde. Là ou il n’y a pas de communion, il n’y a pas de louange à Dieu, il n’y a pas de paix. En réalité même si l’homme oubli Dieu, les anges sont là pour assurer la louange de Dieu et on le voit dans l’Evangile du jour. Ne craignez pas disent les anges, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.

Frères et sœurs, je suis là ce soir pour vous rappeler ce qui s’est passé, il y a 2mille ans afin que chacun de nous prenne ses responsabilités. Désormais Dieu nous parle à travers son fils unique Jésus, le Messie, le prince de la paix, né de la vierge Marie. Il  est le seul médiateur entre les hommes et Dieu.

Il est le pont qui nous relie à Dieu et aux autres. Il est notre défenseur auprès de Dieu. Saint Paul a raison quand il dit à son fils Tite : La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. C’est lui qui nous sauvera du péché et de la mort éternelle. Il n’y a plus de salut en dehors de Jésus, le Messie. Et  nous devons croire à tout ce que l’Église nous enseigne.

Frères et sœurs avec les anges et les saints du ciel et de la terre, chantons les merveilles de notre libération, de notre salut : Terre entière acclamez Dieu, chante le seigneur !

Par Appolinaire KOLA,
Vicaire à la Paroisse Notre Dame de Lourdes de Guéyo

Laisser un commentaire