Homélie du dimanche 25 octobre 2020_30ème dimanche du Temps Ordinaire, Année liturgique A

ACTUALITÉS LITURGIE
image_pdfimage_print

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE (Ex 22, 20-26)

Ainsi parle le Seigneur : « Tu n’exploiteras pas l’immigré, tu ne l’opprimeras pas, car vous étiez vous-mêmes des immigrés au pays d’Égypte. Vous n’accablerez pas la veuve et l’orphelin. Si tu les accables et qu’ils crient vers moi, j’écouterai leur cri. Ma colère s’enflammera et je vous ferai périr par l’épée : vos femmes deviendront veuves, et vos fils, orphelins. Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intérêts. Si tu prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil. C’est tout ce qu’il a pour se couvrir ; c’est le manteau dont il s’enveloppe, la seule couverture qu’il ait pour dormir. S’il crie vers moi, je l’écouterai, car moi, je suis compatissant ! »

– Parole du Seigneur.

PSAUME (Ps 17 (18), 2-3, 4.20, 47.51ab)

R/ Je t’aime, Seigneur, ma force.

Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu ! Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.
Lui m’a dégagé, mis au large,
il m’a libéré, car il m’aime.

Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !
Qu’il triomphe, le Dieu de ma victoire !
Il donne à son roi de grandes victoires,
il se montre fidèle à son messie.

DEUXIÈME LECTURE (1 Th 1, 5c-10)

Frères, vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien. Et vous-mêmes, en fait, vous nous avez imités, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves, avec la joie de l’Esprit Saint. Ainsi vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et de Grèce. Et ce n’est pas seulement en Macédoine et en Grèce qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout que nous n’avons pas besoin d’en parler. En effet, les gens racontent, à notre sujet, l’accueil que nous avons reçu chez vous ; ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable, et afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.

– Parole du Seigneur.

ACCLAMATION

Alléluia. Alléluia.
Vous brillez comme des astres dans l’univers
en tenant ferme la parole de vie.
Alléluia.

ÉVANGILE (Mt 22, 34-40)

En ce temps-là, les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. »

– Acclamons la Parole de Dieu. 

 

HOMÉLIE DU JOUR

Chers frères et sœurs en Christ,

Nous sommes le 30ème dimanche du temps ordinaire. Les lectures bibliques du jour nous invitent à méditer sur l’amour de Dieu et de nos voisins. Comme la première lecture qui vient de l’Exode nous dit que nous ne devons exploiter et opprimer personne dans ce monde. Si nous avons le véritable amour, nous ne pouvons pas le faire. Nous devons le montrer dans nos familles où nous avons aussi des travailleurs et ceux qui sont attachés à nous  pour une raison ou une autre. Nous devons traiter chaque personne à l’image de Dieu. Nous sommes tous égaux devant Dieu. Les autres choses comme le pouvoir de l’argent et la responsabilité sont des choses supplémentaires. Quel que soit ce que nous avons, nous sommes tous des êtres humains.

Dans la deuxième lecture, nous sommes invités à être des modèles pour les autres, particulièrement ceux qui ne connaissent pas Jésus. Saint Paul dit, à cet effet, à la communauté de Thessalonicienne que vous devenez être un modèle pour nos frères et sœurs. « Suis-je réellement un modèle pour les autres ? » Telle la question que chacun est appelé se poser.

L’Évangile d’aujourd’hui aborde dans le même sens et nous apprend beaucoup de choses sur l’amour.  Découvrons ensemble les enseignements donnés par Jésus pour enrichir notre vie chrétienne.

«Aimer Dieu et aimer son prochain.»  C’est l’une des paroles les plus attrayantes de Jésus. C’est un encouragement à vivre pleinement avec ce qui apporte la plus grande joie de vivre – le véritable amour de Dieu et du prochain. C’est au cœur de la bonne religion, et ce qui attire beaucoup à Jésus.

La mauvaise religion place la loi au-dessus de l’amour. La mauvaise religion se bat pour la vérité partielle de la religion. Nous risquons d’être victimes d’une mauvaise religion, tout comme nous pouvons être victimes d’un mauvais nationalisme, d’une mauvaise psychologie ou de toute autre mauvaise façon de vivre. La vie de Jésus consistait à proposer une bonne religion et à en vivre. La religion de certains pharisiens était mauvaise, en ce qu’elle était incomplète dans sa portée.

Nous admirons ceux qui donnent de l’énergie dans l’amour et le service. Nous sommes fiers des personnes que nous connaissons et dont la vie exemplaire a profondément marquée celle des autres. Nous savons que notre famille et notre quartier, notre paroisse et notre école, notre lieu de travail et nos loisirs ont été enrichis par l’amour dévoué de nombreuses personnes, jeunes et moins jeunes.

«Il a tout donné», disons-nous d’un bon joueur à la fin d’un match. Nous disons des parents qu’ils «étaient toujours là pour les enfants». Pouvons-nous donner tout ce que nous avons dans notre vie, donné avec amour, sachant que tout ce que nous donnons est lui-même un don de Dieu, le donateur de tout bien?

La réponse de Jésus a été simple et directe. Premièrement, il a mis l’accent sur le premier et le plus grand commandement d’aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit. Personne ne peut contester cela. Les pharisiens devaient alors attendre, espérant qu’une erreur était imminente.

Puis Jésus a ajouté que le deuxième commandement est comme le premier: «Vous devez aimer votre prochain comme vous-même» (Mt 22, 39). Ensuite, Jésus a réalisé un coup de maître. Au lieu de s’en tenir à cela et, peut-être, de permettre la critique selon laquelle les autres commandements (interdire le vol, le meurtre et l’adultère) ne sont pas si importants, il a ajouté : « De ces deux commandements reposent toute la loi et les prophètes aussi  » (Mt 22 : 40).

Les pharisiens, rusés, devaient être abattus. Non seulement Jésus a réfuté à l’avance toute affirmation potentielle selon laquelle il avait diminué l’importance de l’un des commandements, mais il avait inclus toutes les paroles des prophètes dans sa réponse. Le plus grand des commandements, qui est d’aimer Dieu et son prochain, est le fondement de toutes les autres lois et de toutes les exhortations des prophètes qui, au cours de nombreux siècles, ont parlé de la fidélité à la volonté de Dieu.

Le défi pour nous est de réfléchir attentivement à la défense de la vérité donné à l’instar de Jésus. Il n’a pas hésité à répondre aux questions posées par les pharisiens, même s’il savait qu’ils étaient espiègles et essayaient de le piéger. Résolvons-nous à répondre honnêtement et à réfléchir aux questions sur notre foi qui sont posées par nos proches (parents, amis, collègues, etc.) et même par les inconnus.

Demandons à  notre Dieu de nous aider à l’aimer, Lui ainsi que notre prochain, surtout en cette période d’élection. Puisse-t-il nous accorder d’être des chrétiens modèles pour les autres.

 

Par Père Daniel Yoseph Baiso, Imc,
Institut Missionnaire de la Consolata – San Pedro

Laisser un commentaire