Homélie du dimanche 23 Août 2020_21ème dimanche du Temps Ordinaire, Année liturgique A

ACTUALITÉS LITURGIE
image_pdfimage_print

 LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE (Is 22, 19-23)

Parole du Seigneur adressé à Shebna le gouverneur : « Je vais te chasser de ton poste, t’expulser de ta place. Et, ce jour-là, j’appellerai mon serviteur, Éliakim, fils d’Helcias. Je le revêtirai de ta tunique, je le ceindrai de ton écharpe, je lui remettrai tes pouvoirs : il sera un père pour les habitants de Jérusalem et pour la maison de Juda. Je mettrai sur son épaule la clef de la maison de David : s’il ouvre, personne ne fermera ; s’il ferme, personne n’ouvrira. Je le planterai comme une cheville dans un endroit solide ; il sera un trône de gloire pour la maison de son père. »

– Parole du Seigneur.

PSAUME (Ps 137 (138), 1-2a, 2bc-3, 6.8bc)

R/ Seigneur, éternel est ton amour : n’arrête pas l’œuvre de tes mains.

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble.
de loin, il reconnaît l’orgueilleux.
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’œuvre de tes mains.

DEUXIÈME LECTURE (Rm 11, 33-36)

Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu ! Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables ! Qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ? Qui lui a donné en premier, et mériterait de recevoir en retour ? Car tout est de lui, et par lui, et pour lui. À lui la gloire pour l’éternité ! Amen.

– Parole du Seigneur.

ACCLAMATION

Alléluia. Alléluia.
Jésus proclamait l’Évangile du Royaume,
et guérissait toute maladie dans le peuple.
Alléluia.

ÉVANGILE (Mt 16, 13-20)

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ.

– Acclamons la Parole de Dieu. 

 

HOMÉLIE DU JOUR

Dans la première lecture et l’évangile de ce jour, le mot : « Clef » revient de façon salutaire pour nous faire entrer dans la mystique du projet salvifique de Dieu à l’endroit de tous les hommes. Ce projet, Dieu le réalise par le truchement des hommes qu’il se choisit : Eliakim dans la première lecture et Pierre dans l’évangile. Les deux textes par l’entremise du mot « clef » laissent entrevoir respectivement la transmission d’un pouvoir: celui de fermer ou d’ouvrir et celui de lier ou de délier pour donner accès à  la maison de Dieu au ciel, à la vie éternelle. Dans la première lecture, la parole du Seigneur donnée par le  prophète Isaïe est adressée à Shebna le gouverneur qui a exercé au palais de Jérusalem. Isaïe stipule que celui-ci sera chassé du pouvoir et ce sera Eliakim fils d’Helcias qui prendra possession du trône. Il lui sera remis la clef de la maison de David. C’est lui qui aura le pouvoir d’ouvrir ou de fermer. En fait, Shebna s’est mal comporté, il ne donnait plus de bons conseils au roi, il servait plus ses propres intérêts que ceux du peuple.

Dans l’évangile de Mathieu, Jésus remet les clés du royaume des cieux à Pierre après que celui-ci sous l’action de l’Esprit de Dieu ait décliné l’identité de Jésus. Ainsi c’est à Pierre que notre Seigneur Jésus confie le pouvoir de décider ou de définir ce qui conduit aux royaumes des cieux. Pierre n’est pas celui qui sauve ou celui qui donne le salut, mais le signe parfait du don du salut aux hommes. De cette manière, Pierre est envoyé en mission par Jésus pour le compte de son Eglise. En remettant les clés du royaume des cieux à Pierre, cela ne veut pas dire qu’il devient un tout-puissant, mais cela veut dire tout simplement que Dieu promet de s’engager auprès de lui. Ainsi, il en est de même pour ses successeurs. Nous devons donc toujours garder le lien avec l’autorité de l’Eglise pour demeurer dans la communion avec Dieu.

La deuxième lecture de ce jour est une sorte de conclusion sur la méditation que nous propose Saint Paul depuis deux dimanches. Les questions essentielles de ses méditations étaient les suivantes : Le peuple élu va-t-il être écarté ? L’alliance entre Dieu et Israël peut-elle être rompue au bénéfice d’un autre peuple ? Saint Paul en bon juif sait très bien que Dieu restera toujours fidèle à son alliance, c’est pourquoi il exprime sa satisfaction de savoir qu’Israël n’a jamais cessé d’être le peuple de l’alliance. Il tombe en admiration face à cela dans le texte de ce jour dont la finale magnifie Dieu dans sa toute puissance : «  Car tout est de lui, et par lui, et pour lui. A la gloire pour l’éternité ! Amen »

Frères et sœurs, Jésus donne les clés de son Eglise à Pierre dans l’unique but de bâtir son Eglise en apportant le salut à tous, la vie à tous. Un salut donné dans la personne du Christ Jésus et qui va consister à ouvrir les yeux des aveugles, délier les liens des prisonniers, dénouer les liens de servitude du péché, ouvrir les portes qui enfermaient dans la mort pour conduire à la vie et à la liberté des enfants de Dieu. Jésus se présente donc comme une porte  grande ouverte. Nous sommes tous appelés à contribuer à cette mission parce que étant chrétiens, nous sommes tous envoyés en mission dans le monde. Cela se fait dans le quotidien. En accompagnant les gens dans la catéchèse, en les préparant les couples au mariage, En encadrant les Hommes dans les mouvements et groupes de prières, en faisant l’apostolat et j’en passe, nous leur ouvrons les portes du salut. En clair, nous avons tous dans nos mains une multitude de clés que nous pouvons  utiliser, soit pour ouvrir, soit pour fermer la porte. Cela peut se voir partout où nous nous trouvons, dans nos différents milieux de vies. Alors posons nous cette question essentielle : Que faisons nous de nos clefs, les laissons-nous sur le trousseau, les utilisons-nous pour fermer ou bien pour ouvrir ? Avec le psalmiste  disons à Dieu : « Seigneur éternel est ton amour : n’arrête pas l’œuvre de tes mains ». Car Dieu est toujours fidèle à son alliance.

Que Dieu nous bénisse et nous vienne toujours en aide. Amen !

Par Théodore ZOUNGRANA, 

Vicaire à la paroisse Saint André de Sassandra

Laisser un commentaire